Humeur de jardinier

23h35 : un voisin tape à la porte.

  • Tu ne sens pas ? ça a brûlé dans le fossé et il n’y a plus de courant !
  • Ben non, je dormais
  • Viens voir !

Avec une dose de sommeil qui persiste et une autre dose de curiosité qui m’incite à le suivre, je pars avec mon fardeau. Effectivement ça sent le cramé, un mélange d’herbe et de plastique. Le fossé en question devait servir de déversoir aux bâches agricoles.

Sur place, une voisine :

  • On a éteint ce qu’on a pu et on a prévenu les pompiers. C’est le câble électrique qui a cassé et qui a mis le feu.

Bien la voisine, efficace dans les actes et dans les conclusions ! Je vais pouvoir aller me recoucher. Sommeil regagne du terrain et Curiosité n’a plus raison d’être.

  • On a eu de la chance ! les oliviers n’ont rien et le vent a calé, sinon ça aurait pu être grave !

Les pompiers arrivent, l’astreinte des hommes du courant électrique suit.

2h08 le courant est revenu. Mes esquimaux, allongés dans le congélateur sont saufs.

Mais si la Nature en avait décidé autrement…

23h35 : un voisin tape à la porte comme un fou et gueule :

  • Eh oh ! sort ! ça crame !

Avec une dose de sommeil vite évacuée et autre dose de trouille grandissante, je sors et suis mon voisin déjà 30 mètres devant. Ça pue, ça grésille, ça pique le nez et les yeux.

Sur place, une voisine :

  • Le câble électrique a pété et ça a mis le feu. J’ai appelé les pompiers. Et ce Mistral qui reprend ! ça va gagner les cyprès ! Préparez-vous à évacuer à tous les coups !

Bien la voisine, efficace dans la détermination des causes et les conséquences prévisibles. Alternative, où es-tu ?

Le feu prend dans les cyprès. Pas grave c’est moche. Oui mais derrière il y a deux pins plus que centenaire et plein de lavande…Pauvres abeilles…

Dans la ruche, c’est l’effervescence ! Arlette Nectar-Ine s’emporte !

  • Travailleuses, travailleuses ! on vous ment ! on vous spolie ! la Reine vous a mises en danger dans ce lieu de perdition et de souffrance. Les flammes nous entourent et la Reine ne fait rien ! Quittons cet endroit de dur labeur et de perdition. Avec moi les travailleuses !

Arrêtons là les spéculations catastrophiques. Il n’y a pas de vent. Les pompiers et les gens du courant font leur job. Et moi, je repars me coucher. Je croise un papillon qui se mare…

J'ai testé pour vous

J’ai testé pour vous les éco-tuteurs colorés Pouss’Vert de MV Industrie

Voici ce que dit le fournisseur :

Depuis quelques années, les outils et les équipements de jardin ne se cachent plus. Ils prennent des couleurs vives et acidulées pour égayer les travaux de jardinage.
Parce que MV Industrie est soucieux de proposer aux amoureux du jardin et du potager des équipements astucieux, pratiques et tendance, il a développé l’éco-tuteur coloré Pouss’Vert.
Décliné en vert jardin, vert anis, fuchsia, violet, gris métal et bois naturel, l’éco-tuteur coloré anime les cultures légumières et réveille le potager en apportant une touche vitaminée et décorative.

Les points positifs du tuteur:

Il est solide ! Toujours peur de casser un tuteur en l’enfonçant…ce qui est fort déplaisant. Il est joli. J’aime bien ces déclinaisons, ça donne une belle touche au jardin, la tomate devient ludique, si, si ! Et l’ensemble des anneaux que l’on met sur le tuteur au fur et à mesure de la pousse de la tomate, quelle bonne idée ! Plus besoin de courir après un fil, une paire de ciseaux… Un truc de faignant ? J’assume pleinement, c’est la qualité première du jardinier ! la base du tuteur est agrémentée d’un réceptacle d’eau percé (2 litres)  pour faire un arrosage tout doux

Le point à améliorer

Eh bien justement l’anneau de fixation du pied de tomate! Il est simple à mettre et à enlever, il est solide, il est d’un bon diamètre avec une fente pour faire coulisser le pied dans la boucle. Mais alors ? J’y viens ! Pourquoi avoir mis le premier anneau à 40 cm de haut ? Pas possible de fixer la tomate avant. Et donc, dans mon pays de mistral, je suis obligé de prendre le fil et la paire de ciseaux !! C’était bien la peine… A moins que l’inventeur ne plante que des tomates déjà grandes, ce qui n’est pas le cas du jardinier amateur… Enfin des fois…

Conclusion : C’est quand même bien ces tuteurs de couleurs, solides et facile d’utilisation, et même que j’adore! ; Et ils sont bien moins dangereux que les fers torsadés, qui arrivent à la hauteur des yeux…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Newsletter Humeur de Jardinier : trucs, astuces et conseils jardin

Voir les newsletters précédentes.

Conseils Jardin

Question d’un internaute :

Tous les ans, j’ai des acariens sur mes tomates. Je ne veux pas employer de produits chimiques. Que faire ?

L’araignée rouge sur tomate se traite avec du soufre en poudre. Le soufre mouillable (mélangé à de l’eau puis pulvérisé) est moins efficace. Les pulvérisations de décoction de fougères donnent de bons résultats ainsi que le purin d’ortie.

On peut pulvériser de l’eau sous pression pour laver les feuilles à leur face inférieure soit avec le tuyau d’arrosage, soit avec un pulvérisateur.

Rappel : les insecticides ne sont pas efficaces contre les araignées, car ces dernières sont des acariens et non des insectes !

Fiches pratiques

Oh la jolie bébête ! Gris à pois rouges. C’est un petit papillon de nuit, assez commun en Europe, appelé Zygène. Rien à voir avec la dynamo gégène ni le musicien compositeur Zygel (Jean-François). Zygène on vous dit. Zygaena en latin. Celle-ci est la Zygène filipendule, ou Zygène de la spirée. Elle affectionne le Knautia arvensis, la Scabieuse des champs

Sa chenille est toute jaune verdâtre avec deux rangées de points noirs sur les cotés. Vous la trouverez sur les feuilles de trèfle ou de lotier corniculé.

Voici la description de l’imago (l’adulte) qu’en fait Wikipedia (ça vous évitera d’y aller…):

Les ailes antérieures sont noires avec des reflets bleus ou verts. Elles comportent 6 points rouges (parfois jaunes), ce qui lui a valu son nom anglais Six-spot Burnet. Les deux points distaux peuvent fusionner en un seul, d’où le risque de confusion avec la zygène du chèvrefeuille (Zygaena lonicerae, Five-spot Burnet en anglais). Les ailes postérieures sont rouges avec une marge noire. Son envergure est de 3 à 3,8 cm. Les antennes sont terminées en massue comme c’est le cas pour toutes les zygènes.

La jolie bébête a un atout supplémentaire pour éviter de se faire grignoter par le premier prédateur venu. Notre Zygène émet un liquide contenant du cyanure. Ce qui est le cas des autres Zygènes d’ailleurs. Et elles sont nombreuses dans le genre !

C’est promis, je la laisse tranquille et je mangerai autre chose…

Zygène filipendule

Zygène filipendule

Zygène sur Knautia, la scabieuse des champs

Zygène sur Knautia, la scabieuse des champs